Zoom sur


Adhérez au pôle ICP

Newsletter





En ce moment

Prix pour le Patrimoine 2018

La Fondation Stéphane Bern pour l’Histoire et le Patrimoine a décidé de créer un  »Prix de la Fondation Stéphane Bern pour le Patrimoine » d’un montant de 25 000 euros qui est décerné chaque année et récompense un projet réalisé défendant le patrimoine bâti et/ou paysager, sis sur le territoire français, par des actions novatrices de mise en valeur, d’animation ou de diffusion à l’exclusion des projets de restauration.
Peuvent concourir, sans restriction de nationalité, les personnes privées (morales et physiques) et les personnes publiques excepté l’État et les collectivités territoriales ou groupements de communes de plus de 10 000 habitants.

Les dossiers de candidature complets seront à envoyer sous forme postale, au plus tard le mardi 2 octobre 2018, cachet de la poste faisant foi, à l’adresse :

Fondation Stéphane Bern pour l’Histoire et le Patrimoine–Institut de France

Prix de la Fondation Stéphane Bern pour le patrimoine

23 quai de Conti

75006 Paris

Ou par mail à l’adresse suivante : tiphaine.jolivet@institut-de-france.fr

>> Date limite : mardi 2 octobre 2018
 

Appel à projet : Fonds pour le Développement de la Vie Associative (FDVA)

Financer le fonctionnement ou les actions innovantes de votre association !
Le FDVA (Fonds pour le développement de la vie associative) finance dorénavant le fonctionnement ou les projets innovants des associations.
Ce financement s’adresse essentiellement aux petites et moyennes associations, tous secteurs confondus (y compris associations sportives).
Pour permettre à votre association de bénéficier du nouveau volet « Fonctionnement – innovation » du FDVA, il vous faut répondre aux appels à projets départementaux et régionaux ouverts au cours de l’été.
Attention, dans certains territoires, les dossiers sont à déposer avant la fin du mois d’août !
Retrouvez l’ensemble des appels à projets et dates limites de dépôt des dossiers dans chaque département << cliquez ici >>

La musique dans le viseur des groupes industriels

[lu dans la presse – The Conversation France]
La musique dans le viseur des groupes industriels
Le secteur musical français est agité par l’entrée sans précédent de groupes industriels, dans l’ensemble de son domaine d’activité. Le phénomène est apparu en 2004 avec l’émergence de Live Nation et la création de son premier festival : le Main Square, à Arras. Depuis lors, le monde musical, jusque-là fondé sur une économie mixte et de multiples petites entreprises (festivals subventionnés, producteurs rayonnant sur peu d’artistes, salles municipales ou d’économie mixte) est le théâtre de mouvements de rachats par quelques opérateurs… lire la suite
Emmanuel Négrier traite des motifs pour lesquels le secteur musical dans sa variété est aujourd’hui devenu une cible des stratégies industrielles de groupes français et/ou internationaux, historiques ou récemment apparus. Il y examine aussi les paradoxes et conséquences possibles. Vos retours lui seront précieux !

Emmanuel Négrier
Directeur de recherche CNRS
Directeur de la revue Pôle Sud

AMI – Culture, patrimoine et numérique

Doté de 1,7 milliard d’euros, le FSN a été mis en place dans le cadre du développement de l’Economie numérique. Il intervient en subventions, fonds propres, quasi-fonds propres ou prêts et répond à deux objectifs :

  • L’action 1 consiste à accélérer le déploiement des nouveaux réseaux à très haut débit, en lien avec la mission nationale France Très Haut Débit (1,07 milliard d’euros) de l’Agence du numérique dans le cadre du Plan France Très Haut Débit.
  •  L’action 2 vise au développement de nouveaux usages, services et contenus numériques (662 millions d’euros)

Un nouvel appel à manifestation d’intérêts, doté de 100 millions d’euros, a été ouvert jusqu’au 31 décembre 2018 qui vise principalement à financer la création de « sociétés de projets » valorisant la culture et le patrimoine par le numérique.

En savoir plus << Cliquer ici >>
Cahier des charges << Télécharger >>

Protection des données

Règlement général sur la protection des données (RGPD)

Le règlement européen RGPD vient d’entrer en vigueur. De nombreuses formalités auprès de la CNIL vont disparaître. En contrepartie, la responsabilité des organismes sera renforcée. Chaque structure doit aujourd’hui assurer une protection optimale des données à chaque instant et être en mesure de la démontrer en documentant leur conformité.

Vous trouverez ci-dessous des éléments d’explication et d’exemple :

PPT Présentation RGPD
RGPD – Modèle CNIL clause de confidentialité
RGPD – Modèle d’information candidats à l’embauche
RGPD – Modele d’information salariés
RGPD- Modèle d’information géolocalisation

Accompagnement PME « réduction pertes énergie-matière »

Compétitivité des entreprises : l’ADEME aide les TPE et PME à réduire leurs pertes énergie-matière et à faire rapidement des économies
Soyez les premières à bénéficier de cet accompagnement qui ne peut que rapporter !

Ce 9 novembre, Brune Poirson, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, l’ADEME et ses partenaires lancent l’opération « TPE&PME – Gagnantes sur tous les coûts ! ». Les entreprises des secteurs de l’industrie, de la distribution et de la restauration sont appelées à s’inscrire en ligne afin de bénéficier d’un accompagnement technique financé par l’ADEME et ses partenaires pour faire des économies en optimisant leurs consommations d’énergie, de matières et d’eau et en réduisant leurs productions de déchets.

Convaincus de la rentabilité de cette démarche, l’ADEME et ses partenaires consulaires ont conçu un dispositif innovant : ils prennent en charge, dès le départ, le financement de cet accompagnement par un expert (visite sur site, analyse des pratiques, identification des économies possibles, définition du plan d’actions correspondant, suivi sur un an et évaluation). Si l’entreprise identifie des économies récurrentes suffisamment importantes, il lui est demandé de contribuer au fonds d’intervention mis en place par l’ADEME, à un niveau forfaitaire largement inférieur à ces économies annuelles.

>> Télécharger le communiqué de presse

Grandir en cultures

Appel à projets 2018
Grandir en cultures
Date limite de réception des dossiers de candidature :25 juillet 2018
La Fondation de France a le plaisir de vous faire parvenir son appel à projets 2018 « Grandir en cultures » – Donner aux enfants les moyens d’agir.A travers cet appel à projets, la Fondation de France entend identifier des projets qui donnent aux enfants et aux jeunes les moyens de devenir des citoyens, acteurs et responsables, pour bâtir une société plus harmonieuse.En résonnance aux enjeux majeurs qui conditionnent l’évolution de notre société, la Fondation de France souhaite soutenir des projets culturels (artistiques ou scientifiques) structurés en 4 étapes, permettant chacune de :

– Développer l’imaginaire et la créativité, pour cultiver une façon d’être au monde sensible et personnelle;
– S’approprier des savoirs, des techniques et des méthodes de collaboration, en participant à une réalisation collective;
– S’exercer à penser, pour s’interroger sur le sens de ce qui est entrepris et en débattre;
– Accroître sa capacité à agir : selon les cas, les jeunes seront associés à la conception, à l’organisation, à la mise en oeuvre, au suivi ou à l’évaluation du projet.

Vous trouverez ci-après le lien vous permettant de télécharger la plaquette informative de l’appel à projets :

Appel à projets « Grandir en cultures » 2018
Attention, les candidatures se font en ligne uniquement. Vous trouverez l’ensemble des modalités de candidature de l’appel à projets sur le site de la Fondation de France.
Compte-tenu de votre domaine d’intervention, cet appel à projets peut directement vous concerner ou intéresser des organismes de votre réseau. N’hésitez pas à le diffuser.

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de nos sentiments les meilleurs.

L’équipe du programme « Grandir en cultures »

Fondation de France

culture@fdf.org

 

Rapprocher la culture de l’économie sociale et solidaire

Rapport « Rapprocher la culture de l’économie sociale et solidaire », par Bernard Latarjet, Labo de l’ESS, février 2018.
 
Les entreprises culturelles sont entrées dans une période de transition profonde. Celle-ci tient autant à la raréfaction des financements publics qu’à l’évolution des missions d’un certain nombre de ces acteurs culturels, liées notamment à l’aggravation des fractures sociales et territoriales ainsi qu’à la mise en œuvre des droits culturels. A ces nouveaux enjeux, les acteurs, les expériences et les méthodes de l’économie sociale et solidaire (ESS) peuvent apporter des réponses concrètes.
Le rapport identifie trois voies de progrès essentiels : La coopération entre les acteurs culturels, qui doit être encouragée par les pouvoirs publics contre la logique de segmentation par discipline et fonction ; Le renforcement des capacités entrepreneuriales des acteurs culturels à travers la formation, l’accompagnement et la diversification de leurs activités, sans que cela ne compromette ni l’exigence artistique ni l’utilité culturelle et sociale de leurs projets ; L’amélioration de la (re)connaissance de l’ESS au sein du secteur culturel, grâce à l’information, le recueil et la diffusion d’expériences et d’outils, notamment au niveau régional. Trois efforts complémentaires sont également évoqués : améliorer l’évaluation de l’utilité sociale des projets culturels, élargir la diffusion et internationaliser les échanges, et enfin, adapter les outils de financement privés aux spécificités de la production culturelle.

Appel à projet Regional Tourisme et Culture

Il s’agit d’un appel à projets pour financer des projets économiques innovants portés en collaboration par des acteurs du touristes et des acteurs culturels.

Téléchargez l’appel à projet

Accélérez vos projets de développement grâce au fonds de revitalisation Spir Communication

Un dispositif financier attractif pour accompagner les projets créateurs d’emplois

Les aides disponibles

Un fonds de prêt à taux bonifié de 1 800 000 €, en partenariat avec la BNP, visant en priorité à financer le BFR des entreprises.
– Jusqu’à 12 500 € de prêt par emploi créé
– Au taux de 0,40%
– Sans affectation
– Sans caution personnelle
– Sans frais de dossier
– Prêt sur une durée de 5 ans
– Différé possible de 6 mois maximum
– Plafonné à 200 000 € par projet

L’accès à des diagnostics stratégiques
– L’analyse de l’entreprise et de son environnement
– Une aide à la définition des orientations stratégiques
– La définition d’un plan d’action et d’indicateurs de pilotage
–  Une formation destinée aux dirigeants pour le pilotage des aspects
financiers du projet de développement
– Le dispositif finance le recours à un expert jusqu’à 12 000€ par entreprise

>> Télécharger la plaquette

Qui contacter ?
Marion DREAN
06 46 07 49 10
marion.drean@alixio.fr
Paola EYDIEU
01 83 97 46 63
paola.eydieu@alixio.fr